Avis bref : Paper Princess d’Erin Watt

Je remercie Erin Watt (aka Elle Kennedy et Jen Frederick) et Nina Bocci de m’avoir envoyée ce Service Presse !

.

Edition lue : Paper Princess (The Royals #1) d’Erin Watt publié le 4 avril 2016 par Erin Watt (370 pages, eBook édition Kindle) – Genre : Drame, New Adult, Romance contemporaine, Romance érotique

paper princess

Ma note : 4 / 5

From strip clubs and truck stops to southern coast mansions and prep schools, one girl tries to stay true to herself.

These Royals will ruin you…

Ella Harper is a survivor—a pragmatic optimist. She’s spent her whole life moving from town to town with her flighty mother, struggling to make ends meet and believing that someday she’ll climb out of the gutter. After her mother’s death, Ella is truly alone.

Until Callum Royal appears, plucking Ella out of poverty and tossing her into his posh mansion among his five sons who all hate her. Each Royal boy is more magnetic than the last, but none as captivating as Reed Royal, the boy who is determined to send her back to the slums she came from.

Reed doesn’t want her. He says she doesn’t belong with the Royals.

He might be right.

Wealth. Excess. Deception. It’s like nothing Ella has ever experienced, and if she’s going to survive her time in the Royal palace, she’ll need to learn to issue her own Royal decrees.

.

J’étais passée totalement par hasard sur la page de Paper Princess sur Goodreads. Premièrement, je me suis extasiée sur la couverture du livre ! Ensuite, imaginez ma tête quand j’ai appris qu’Erin Watt était en réalité le nom de la collaboration d’Elle Kennedy et de Jen Frederick !! Je vous assure que j’ai fan-girlé pendant cinq minutes..

Après la mort de sa mère, Ella Harper, 17 ans, lutte pour avoir une vie normale. Avec trois jobs à son actif, elle se bat chaque jour pour garder un toit sur la tête et un frigo rempli. Elle fait profil bas afin d’éviter l’attention des autorités et de continuer sa scolarité. Jusqu’à que son destin la rattrape et la pousse dans un univers mondain dans lequel elle sera confrontée à rivalité, méchanceté et trahison…

Hiding’s not a bad thing. If you run away, you live to fight another day. That’s my theory at least.

Ella est encore mineure, et avec ses parents décédés elle doit être sous la charge d’un tuteur légal. Ce qu’elle ne sait pas c’est que l’homme à sa charge – Callum Royal -, a retrouvée ses traces et fera tout pour pouvoir la prendre sous son aile. Il a tout ce qu’elle n’a jamais pu s’offrir. Elle se retrouve propulsée dans un monde totalement opposé du sien. Avec des pestes nées avec une cuillère  en or dans la bouche et des jeunes hommes arrogants ne connaissant pas la valeur de l’argent. Et c’est là qu’elle fait la rencontre des fils Royals. Cinq Royals pour être plus précise. Cinq beaux, grands et musclés… enfo*rés ! Reed n’est pas l’aîné mais il n’exerce pas moins du pouvoir sur ses frères. Il a découvert que leur père prenait en charge Ella, et en a conclu qu’elle n’était qu’une jeune croqueuse de diamant prête à tout pour profiter de sa fortune. Lui et ses frères se donnent donc pour mission de faire de son séjour au manoir, un cauchemar.

J’ai passé un très bon moment en compagnie d’Ella et Reed ! Uh ! Ce livre m’a mis sur les nerfs mais je l’ai tellement aimé ! Et avec la fin – un cliffhanger, merci aux auteures ! – j’étais juste au bord d’une crise nerveuse ! Je pense que je classerais ce roman dans la catégorie « pêchés mignons ». Ces livres qui ont tout plein de défauts et détails qui vous enragent pendant la lecture, mais comment les lâcher…? Non, vous ne pouvez tout simplement pas. J’ai été transportée dans cet univers de richesse et mondanité où tout ce qui importe est statut social et image. Le résultat est que j’ai retrouvé un peu de Gossip Girl et de Sex Intention dans le roman, c’était délicieux !

If you stay, we’ll break you so bad that you’ll be crawling away.

Je ne sais pas vous mais moi je suis une masochiste livresque confirmée. La plume d’Elle Kennedy fusionnée à celle de Jen Frederick est la combinaison parfaite ! Leur travail est d’autant plus addictif, puissant émotionnellement. Elles nous ont livré une histoire riche et lourde en émotion. Je n’ai pas pleuré comme une madeleine, le roman a plutôt éveillé le côté rageux en moi. Si un livre réussit à provoquer ce genre de réactions, c’est très bon signe ! Les passages mettant en scène les confrontations entre les personnages principaux étaient très frustrants à lire ! Mais c’est surtout la tension sexuelle et l’alchimie entre les personnages qui se sont faites ressentir ! C’était explosif ! Cela m’a énormément fait penser à la série Off-Campus d’Elle Kennedy à ces moments là !

En ce qui concerne les personnages, nous retrouvons le schéma typique « bonne fille / mauvais garçon » imbriqué dans du « fille pauvre / garçon riche ». Verdict ? Oui ça fonctionne à merveille ! Ella est un personnage fort et indépendant auquel je me suis attachée ! Elle est très ambitieuse malgré son lourd passé, elle reste optimiste et ne se laisse pas ronger par la douleur et la misère. Bien sûr, parfois elle était trop naïve pour son propre bien vis à vis de Reed, mais nos héroïnes ne le sont toutes pas ? Reed, lui, est un personnage que j’ai adoré détester ! J’ai tout à lui reprocher, il est même un des plus cruels que j’ai pu rencontrer. Et malheureusement j’ai trouvé le personnage masculin peut-être un peu moins abouti que le personnage féminin.

Et comme je l’ai mentionné plus haut dans la chronique, pour moi Paper Princess comporte bien évidemment des défauts. Le fait de rencontrer un héros trop cruel rend difficile au lecteur de rédimer le personnage. Lorsque je lis un roman et que l’auteur commence par nous faire détester son personnage, je m’attends à ce qu’elle nous fasse tomber sous son charme plus tard dans la lecture. Et dans la plupart des cas cela fonctionne. Ici, nous avons un cliffhanger et c’est une trilogie à suites directes. Mais, pour le moment je n’ai pas vu une once de bien dans Reed, je n’ai même pas apprécié son personnage, ne serait-ce qu’un petit chouia. Aussi, le roman s’enchaîne sur trop d’événements et de retournements de situation. Certains passages étaient de trop, comme pour juste ajouter du drame à l’histoire. Pour finir, la vie au lycée n’était pas tellement présente, ce que le début du roman nous laissait penser. C’est bien dommage.

Tout ça pour vous dire que ma recommandation sur ce livre ne sera pas si fiable puisque c’est un livre « péché mignon ». 😛 Je sais qu’il pourra vraiment plaire comme il pourra être une réelle déception. Mais n’oubliez pas que c’est la collaboration de Jen Frederick et d’Elle Kennedy, deux auteures géniallisimes ! Les plumes combinées rendent une histoire très prenante, pleine de surprises et d’émotions ! Et surtout, un cliffhanger à vous faire rouler sur le sol et vous mettre en position foetal !

★★★★☆ – Très bonne lecture


Ordre de lecture :

Paper Princess
Broken Prince (25 juillet 2016)

Twisted Palace (7 octobre 2016)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s